Visite du Premier ministre, Chef du gouvernement, dans la région de Dosso : Plusieurs sites visités, dont des localités sinistrées par les inondations ()

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Brigi Rafini a effectué, samedi et dimanche derniers, une série de visites dans la région de Dosso. Il s'est rendu notamment dans la commune rurale de Tanda (département de Gaya), sur le périmètre fruitier de Gaya, sur le périmètre agricole de Kessa, au champ expérimental de l'INRAN à Bengou, sur l'infrastructure routière Bella-Gaya et sur le site de construction du chemin de fer. Le Premier ministre était accompagné du ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture, M. Maidagi Allambeye, du ministre de l'Equipement, M. Ibrahim Nomao, du Haut Commissaire à l'Initiative 3N, M. Ouendeba Botorou, et de ses proches collaborateurs.
Le Chef du gouvernement s'est d'abord rendu dans le village d'Albarkaizé situé dans la commune rurale de Tanda. Ce village, comme 38 autres villages de trois communes du département de Gaya (Gaya, Tounouga et Tanda) a été victime des inondations. Les eaux du fleuve Niger dont le niveau a subitement monté en raison des grosses pluies enregistrées ces dernières semaines, ont envahi de milliers d'hectares de cultures de riz, de maïs, de mil et de sorgho. Au total, 31.000 sinistrés ont été enregistrés ; 941 maisons effondrées et 71 animaux emportés par les eaux. SEM Brigi Rafini a constaté l'étendue des dégâts et s'est entretenu avec les populations d'Albarkaizé.
«Nous sommes venus constater de visu ce qui nous a été rapporté dans les différents rapports concernant cette situation d'inondation, et définir les mesures urgentes à prendre» a dit le Premier ministre Chef du gouvernement. Il a ajouté que dès cette semaine, le gouvernement enverra des vivres aux populations des villages sinistrés. Tout en les assurant du soutien de l'Etat, Brigi Rafini a demandé aux populations d'Albarkaizé d'éviter de construire dans les zones inondables. Il leur a également transmis les salutations du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou.

Le Premier ministre s'est ensuite rendu sur le périmètre fruitier de Gaya. C'est un domaine public de l'Etat, situé à Bagazagou, un quartier de Gaya. Son aménagement a été réalisé en 1978 par le projet d'arboriculture fruitière sur financement de la Caisse Centrale de Coopération Economique (CCCE) de la France, à hauteur de 20 millions de francs CFA en deux phases. Les plantations fruitières réalisées en 1979, sont exploitées jusqu'en 1987. Le périmètre couvre une superficie de 80 ha initialement clôturé au barbelé, renfermant 11. 682 plants fruitiers (agrumes, manguiers, goyaviers), qui sont repartis entre 60 exploitants. La culture bananière a été également introduite dans ce périmètre.
Ce projet a encouragé des activités hors périmètre par le fonçage de 140 puits maraîchers pour développer le maraîchage et des petits vergers individuels. Le but du projet est de ravitailler le marché de Niamey en fruits pour réduire les importations. Le périmètre dispose de station de pompage avec motopompes, de réseau d'irrigation, de 3,7 km de clôture, de haie vive et de bâtiments. Durant les deux phases du projet, le périmètre est dirigé par un directeur et géré sous forme d'une coopérative. A la fin du projet la coopérative a pris la relève de la gestion jusqu'en 2004. Le fonctionnement du périmètre devient de plus en plus difficile par manque de moyens financiers pour prendre en charge le carburant faisant fonctionner les groupes motopompes et pour l'entretien des canaux d'irrigation.

La situation actuelle du périmètre laisse à désirer, car on ne compte que 2.250 plants fruitiers dont la plupart est constituée d'arbres vieillissants avec un faible rendement de production. Le réseau d'irrigation est devenu vétuste et nécessite une reprise totale, et tous les bâtiments et équipements sont dans une dégradation avancée. Les exploitants ont transformé une grande partie du périmètre en cultures maraichères et céréalières. Depuis 2002, la coopérative n'est plus opérationnelle ; les exploitants ne paient plus de redevance, et chacun agit individuellement sur tous les plans (intrants, commercialisation, formation....). Pour opérationnaliser le périmètre fruitier de Gaya, des travaux de réhabilitation des équipements hydrauliques ; des infrastructures et équipements de gestion et de renouvellement des plants fruitiers ont été prévus.
Le Premier ministre a longuement échangé avec les exploitants, et les responsables de ce périmètre. Il en est de même au périmètre agricole de Kessa, visité par SEM Brigi Rafini. Créé en 1995, ce périmètre a bénéficié d'un financement CFD/FNI et a été réhabilité en 2014 sur un financement de l'OCI. Lors des échanges avec les responsables dudit périmètre, le Premier ministre leur a dit que le Niger se doit de relever le défi de son autosuffisance en matière de riz. Il a exhorté les populations à plus d'ardeur au travail pour atteindre au plus vite cet objectif. A l'INRAN de Bengou, SEM Brigi Rafini a visité le champ expérimental de Grinkan, une variété de sorgho qui a un rendement de plus de 3 tonnes à l'hectare.
C'est à l'initiative du Haut Commissaire à l'Initiative 3N que ce champ expérimental a été mis en valeur. Le sorgho Grinkan a une bonne qualité fourragère. Selon les responsables de l'INRAN Bengou, en 2014, plus de 200 ménages ont utilisé cette variété. Le couscous et le «foura » de ce sorgho sont bien appréciés par les populations. Comparativement à la variété locale dont le cycle fait plus de 150 jours avec un rendement en dessous de 500kg à l'hectare, le cycle du Grinkan est de 110 jours avec un rendement de 3 tonnes à l'hectare. Cette culture performante est soutenue par Geocoton pour une large diffusion.

Le Premier ministre s'est ensuite rendu sur le site de la société Geocoton qui s'occupe de la production cotonnière. 1.200 kg de coton sont produits à l'hectare sur ce site. Les producteurs bénéficient d'un encadrement quotidien qui leur permet de bien suivre leurs cultures. SEM Brigi Rafini a reçu les explications des responsables techniques de ce champ et a écouté les doléances des producteurs. Il leur a dit que l'Etat examinera les voies et moyens pouvant lui permettre de les soutenir dans leur travail. SEM Brigi Rafini a demandé aux producteurs de coton de tout faire pour respecter les engagements pris vis-à-vis de leurs partenaires.
Il faut noter que le Premier ministre a procédé à l'OPVN de Gaya à la réception de 1.000 sacs de céréales offerts aux sinistrés des inondations par la PDG du Groupe SACBA Travaux publics, Mme Alizeta Gando. C'est cette société qui a effectué les travaux de réhabilitation de la route Bella-Gaya. Mme Alizeta Gando a exprimé sa joie d'apporter son assistance aux populations des zones sinistrées. Le Premier ministre Chef du gouvernement, a salué le geste noble et louable de la PDG du Groupe SACBA Travaux publics, et lui a adressé les remerciements des populations bénéficiaires.
Hier dimanche, le Premier ministre s'est rendu sur le site de construction du chemin de fer à quelques kilomètres de Birni Gaouré. Les responsables de ces grands travaux ont donné d'amples explications au Chef de gouvernement sur le déroulement des travaux. SEM Brigi Rafini s'est félicité de la maîtrise progressive de la technologie par les nigériens. Il a remercié et félicité l'entreprise qui a consenti de prendre tous les risques pour investir sur ses propres fonds des milliards de nos francs afin de réaliser cette infrastructure vitale pour le Niger. «Elle mérite l'accompagnement du gouvernement, et c'est ce que nous faisons au nom de l'intérêt du Niger pour les générations actuelles et
futures» a indiqué le Premier ministre.
Faisant le point de toutes ces visites, SEM Brigi Rafini a souligné, parlant des inondations, que les dégâts matériels sont très importants même si on ne déplore aucune perte en vie humaine. «Nous avons plus de 30.000 personnes touchées ; elles ont perdu leur habitat et leurs champs. Rien qu'à Albarkaizé, nous avons plus de 1.700 hectares sous les eaux. Nous avons apporté notre soutien et notre solidarité aux populations au nom du Président de la République et du gouvernement. De ce point de vue, le gouvernement est en train de fournir beaucoup d'efforts pour organiser la résilience des populations. C'est ainsi que nous avons un grand projet qui s'attèle à la prévention des risques des catastrophes, à une meilleure maîtrise de ce phénomène d'inondation. Des dispositions sont en train d'être prises pour protéger de manière durable les aires de cultures, les aménagements le long du fleuve, dans la zone de Gaya en particulier. En termes de construction de digues, beaucoup d'efforts sont prévus, aussi bien au niveau de l'Etat, que du projet des risques et catastrophes en place depuis un certain temps», a dit SEM Brigi Rafini.
Concernant la mise en œuvre de l'Initiative 3N, le Premier ministre a indiqué que Gaya, et la région de Dosso de manière générale, renferme des potentialités agricoles très importantes. «C'est pourquoi nous accordons beaucoup d'importance pour que ce programme connaisse les meilleures avancées dans cette région où l'impact sera très bientôt très palpable et très décisif» a dit SEM Brigi Rafini. Il a ajouté que des progrès sont faits au niveau des aménagements de Kessa et de tous les autres aménagements pour que le potentiel extrêmement important et disponible puisse être exploité notamment en ce qui concerne la culture de riz. «Ce qui va certainement nous amener un jour à nous priver de ces importations massives de riz. Je pense que Gaya sera bientôt au rendez-vous pour réduire conséquemment nos importations en matière de riz » a ajouté le Premier ministre.
Evoquant la visite à Geocoton, il a relevé le progrès du partenariat public privé. «Les résultats sont exceptionnels. Nous pensons que nous avons un avenir extraordinaire en matière de production cotonnière dans notre pays, au moins dans cette zone de Gaya» a dit SEM Brigi Rafini. Evoquant la réhabilitation du périmètre fruitier de Gaya, le Premier ministre a dit qu'une étude a été menée et finalisée, et que les travaux vont prochainement débuter. Il a ajouté qu'un meilleur système de gestion de ce site doit être mis en place avec l'encadrement de l'Etat. «Nous avons également mis à profit cette visite pour voir la route Bella –Gaya qui est en train d'être terminée. Une route dont on peut être satisfait de la qualité de sa construction» a dit le Premier ministre.
Evoquant la construction du chemin de fer, Brigi Rafini a souligné que le Niger est enfin entré de manière irréversible dans la catégorie des pays
viables qui sont en train de se construire. «Un pays sans rail, on peut vraiment s'interroger sur sa viabilité. Ce projet que je viens de visiter me réconforte, me rend fier de voir que notre pays est résolument et définitivement engagé dans la voie de sa construction, et de son désenclavement. Ce chemin de fer est vital pour nous. Il faut que les supputations cessent ; nous avons un projet irréversible qui est là » a-t-il ajouté. Le Premier ministre a dit que toutes ces routes sont des ouvertures sur le reste de nos voisins.
«Dans le cadre du G5 nous envisageons de prolonger notre route sur la frontière malienne jusqu'à Kidal, et de l'autre côté au sud la relier au Nigeria. Il y a cet axe Est-Ouest, depuis la frontière malienne jusqu'à la frontière du Tchad avec la route qui est en train d'être construite entre Diffa et Nguigmi et la frontière tchadienne. Il y a la route du pétrole qui est envisagée ; il ya la Transsaharienne etc. Il ya un nouvel environnement qui s'installe et qui permet de dire que nous sommes en pleine viabilisation de notre pays. Il faut que les Nigériens prennent conscience et qu'ils y contribuent de tout cœur» a dit SEM Brigi Rafini. Il a indiqué que ces visites lui ont permis de constater aussi que «cette campagne agricole 2015 peut nous réserver une surprise agréable ; mais nous attendons de voir la fin du mois de septembre. Il ya certes de belles promesses de productions, nous avons vu de très beaux champs de mil et de sorgho, mais attendons la fin du mois de septembre pour conclure, car elle peut également s'avérer déficitaire dans certaines zones de notre pays. Mais l'espoir est vraiment permis ».
Oumarou Moussa Envoyé spécial(onep)



Categorie: Société
Source: Le Sahel
Date: 07/09/2015


Revue de Presse : Société