Formation des membres et personnel administratif et technique de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : Renforcer les capacités des cadres de la Commission ()

La Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) en collaboration avec le Réseau des Institutions des Droits de l'Homme de l'Afrique de l'Ouest (RINDH/CDEAO) organise du 25 au 29 août, un atelier de formation en droits humains à l'endroit de ses membres et personnel administratif et technique. C'est le président de ladite institution, Pr Khalid Ikhiri, qui a présidé l'ouverture des travaux à l'auditorium Sani Bako en présence du président du CESOC, du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Porte Parole du Gouvernement, M. Marou Amadou, du Secrétaire Exécutif du RINDH/CDEAO, M. Saka Azimazi, et de plusieurs participants.
Au cours de cette rencontre qui va durer cinq jours, plusieurs thématiques aussi riches que variées seront présentées et expliquées aux participants par un panel d'éminentes personnalités dont des spécialistes du Droit, des enseignants chercheurs, des hauts fonctionnaires de la police etc. Dans son intervention au cours de la cérémonie, le président de la Commission Nationale des Droits Humains, Pr Khalid Ikhiri a estimé a tenu à faire le distinguo entre la CNDH qui est une institution constitutionnelle et les organisations de la société civile œuvrant dans le même domaine, qui, elles sont des personnes morales de droit privé régies par des textes constitutifs dont les membres se sont librement donnés.
D'où la nécessité pour la Commission, dans le contexte actuel, de sauvegarder son indépendance et sa crédibilité en demeurant autant que faire se peut dans le strict respect de la légalité et en adoptant une démarche rigoureuse, neutre et objective dans toutes ses prises de positions. ''Il y va de son image et de sa crédibilité'', a dit Pr Khalid Ikhiri. Au regard de la composition de cette Institution, de sa mission mais aussi des multiples défis qui se posent à notre pays, cet atelier de formation vient à point nommé car estime le président de la CNDH, il permettra de renforcer les capacités des membres et personnel administratif et technique de la Commission.


Cette rencontre entre aussi bien dans le cadre de la promotion que dans celui de la protection des droits humains, l'élaboration des rapports périodiques et ou alternatifs, les procédures d'accréditation auprès du CIC, les mécanismes régionaux et sous régionaux des droits humains, les méthodes et techniques d'enquête et d'investigation. Par ailleurs, Pr Khalid Ikhiri a félicité le Réseau des INDH de la CEDEAO pour avoir porté son choix sur le Niger pour l'appui à cette formation. Il s'est aussi félicité de l'accompagnement des partenaires dont notamment le ministère de la Justice, l'Institut Danois des Droits Humains (IDDH), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l'Union Européenne (UE) et l'Organisation International de la Francophonie (OIF) à l'endroit de son institution.
Auparavant le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Porte Parole du Gouvernement, M. Marou Amadou, a souligné que les droits de l'Homme sont des valeurs universelles qui nécessitent une attention particulière dans tous les pays. C'est pourquoi dès leur arrivée, les autorités de la 7ème République se sont attelées à l'installation des institutions démocratiques crédibles gages du bon fonctionnement de l'Etat, de la bonne gouvernance et du respect des droits de l'Homme. Cette rencontre est donc une occasion pour les participants de discuter de ce souci fondamental mais aussi une occasion pour les participants de s'imprégner des outils qui leur permettront de rédiger des rapports périodiques, de faire de recommandations et propositions au ministère de la Justice et d'autres organsines de défense des droits de l'Homme.
Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Exécutif du Réseau des Institutions des Droits de l'Homme de l'Afrique de l'Ouest, M. Saka Azimazi, a estimé que cette rencontre renforcera les capacités des membres et du personnel administratif et technique de la Commission Nationale des Droits Humains. Il a indiqué que cette démarche progressive concernera tous les membres de RINDH/CDEAO afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle de défense des doits et liberté de l'Homme dans leurs pays, dans l'espace africain et mondial.
Mamane Abdoulaye(onep)



Categorie: Société
Source: Le Sahel
Date: 26/08/2015


Revue de Presse : Société