5ème édition de la Semaine Scientifique et Culturelle des Scolaires Nigériens : Sensibilisation de la jeunesse estudiantine sur les phénomènes des migrations irrégulières ()

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, jeudi dernier au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture des activités entrant dans le cadre de la 5ème édition de la Semaine Scientifique et Culturelle des Scolaires Nigériens organisée par l'Union des Scolaires Nigériens (USN), sous le thème : « jeunesse, migration et développement durable ». La cérémonie s'est déroulée en présence de membres du gouvernement, du Recteur de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey, des membres du corps professoral de l'UAM, du Représentant Résident du Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés au Niger, des membres du Comité Directeur de l'Union des Scolaires Nigériens entourés de plusieurs étudiants et scolaires.
Dans l'allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le ministre d'Etat, M. Bazoum Mohamed, a entretenu les jeunes des phénomènes de migrations irrégulières dans notre pays dont son département ministériel a la charge. « De par sa position charnière entre l'Afrique au Sud du Sahara et l'Afrique du Nord, le Niger est non seulement un pays d'accueil et de départ des migrants mais également et surtout un pays de transit. En effet, de milliers de Nigériens quittent chaque année le territoire national en vue d'une migration économique, principalement vers les pays d'Afrique du Nord ou du Golfe de Guinée», a expliqué le ministre d'Etat.
Comme il l'a souligné, ces dernières années, l'on assiste à l'apparition d'une nouvelle forme de migration en direction de l'Algérie impliquant surtout les femmes et les enfants pris dans les mailles de réseaux criminels transnationaux bien constitués. Le Niger, a-t-il ajouté, est aussi une zone de transit de nombreux migrants africains vers l'Europe via la Libye. C'est ainsi que chaque année de milliers d'africains affrontent la mort dans le désert au risque d'y laisser leurs vies.
Assurant que le Gouvernement, avec l'appui des partenaires internationaux lutte contre ce fléau, M. Bazoum Mohamed a attiré l'attention des jeunes sur les multiples risques encourus par ces candidats à la migration irrégulière sont importants. Voilà pourquoi, déterminé à combattre ce phénomène, le Niger s'est doté d'un arsenal juridique important, notamment : l'Ordonnance n°2010-86 relative à la lutte contre la traite des personnes ; la Loi n°2015-36 du 26 mai 2015 relative au trafic illicite des migrants.
Le ministre d'Etat a également a indiqué que face à l'épineuse question des migrations irrégulières des ressortissants des pays africains vers la Libye, le gouvernement a mis en place un dispositif permettant de réduire significativement ce flux les mois et années à venir. « C'est ainsi que tous les ressortissants des pays de la CEDEAO circulent librement jusqu'à Agadez en vertu des dispositions de la libre circulation des personnes dans l'espace de la communauté. Cependant, seuls ceux disposant des visas vers les pays du Maghreb sont autorisés à aller au-delà d'Agadez et Arlit», a-t-il précisé.
Il faut préciser qu'au cours de la semaine scientifique plusieurs activités sont prévues dont l'animation de panels animés par des experts sur les différents aspects de la migration, notamment ses avantages et ses inconvénients, particulièrement pour ses formes irrégulières. D'autre part, au terme de la cérémonie d'ouverture des activités, le Comité Directeur de l'USN ont décerné un témoignage de reconnaissance au ministre d'Etat, M. Bazoum Mohamed, pour service rendu à ladite organisation.

Assane Soumana(onep)
www.lesahel.org



Categorie: Société
Source: le sahel
Date: 06/09/2016


Revue de Presse : Société