Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou" ()

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois premiers épisodes de cette série dont le sujet principal est la participation citoyenne et politique des jeunes et des femmes ont été projetés.
Les scènes de ces épisodes promènent le téléspectateur sur un peu tout ce qui constitue le quotidien des populations, dans une société où la grande partie des personnes peinent à joindre les deux bouts. Cela, parce que le pouvoir d'achat s'amenuise de jour en jour et le chômage va crescendo. Quand aux femmes, leur sort reste toujours peu enviable. Pour ceux qui sont dans les affaires, les activités tournent au ralenti. Comme d'habitude, dans la zone du Sahel, les récoltes ne sont pas toujours bonnes. Mais, de l'autre côté, les gouvernants se préoccupent surtout de conserver le pouvoir, et pour quelles fins ?

Cette situation justifie la mission que se donne Délou, incarnée par Aminatou Issaka, actrice principale du film. Ce que le téléspectateur va découvrir une fois dans le vif du sujet. Enseignante jusque là qui militait pour la cause des droits de la femme dans la société civile, Délou s'engage dans la politique pour devenir présidente, et ainsi apporter un changement. C'est un incident, l'intervention de la police lors d'une marche de la société civile, qui pousse Délou à franchir le pas qui sépare la sphère de la société civile et la scène politique. « Arrêtée et battue, Délou décide de faire de la politique pour changer les choses, et se porte candidate aux prochaines élections présidentielles », ainsi se résume la trame du film.
C'est l'engagement suprême, pour Délou qui prend une décision aux allures de défis.

À part quelques proches, et amis qui la soutiennent, pour réaliser son ambition, Délou va devoir faire face à toutes les adversités, dont celle du redoutable «Kumurci », membre influent du bureau politique du parti au pouvoir. Délou, la femme battante, déterminée à réaliser son ambition illustre dans cette série TV, un peu le sens donné à son prénom, en milieu haoussa. En effet dans l'imaginaire populaire, Délou, qui signifie la cadette des garçons, est supposée être aussi endurante et courageuse, que les hommes, auxquels elle peut se mesurer. C'est bien dans cette posture qu'on retrouve Délou, qui défie ainsi les hommes en s'aventurant sur le terrain politique jusqu'à briguer la magistrature suprême.
Délou est une production divertissante, mais aussi porteuse d'un message, d'un « rêve ».
Celui de voir un jour la femme jouer pleinement tous ses rôles citoyens, dans les sociétés africaines, jusqu'à devenir présidente de la république. Ce qui relève encore de l'idéal. L'aspect militantiste de cette série télévisée, peut expliquer certaines de ses particularités, et, aussi les critiques qu'elle peut susciter. Le style du film se démarque ainsi de celui auquel sont habitués la plupart des spectateurs des séries télévisées. Ce qui peut être apprécié comme une marque de cette série nigérienne. Certains détails qui caractérisent souvent les dialogues, peuvent relever aussi de la banalité. Toutefois, d'autres aspects du film, comme la musique, la chanson, et surtout la thématique peuvent combler certaines insuffisances ou les inconvénients liés au sous-titrage du film.

Aussi, Délou, dont la réalisation a mobilisé plus de 200 personnes, a révélé le talent des actrices, acteurs, et comédiens nigériens. On retrouve dans ce film là Aminatou Issaka (Délou), comédienne « professionnelle » qui a joué dans plusieurs films, Abdoulaye Akoye (Katanga), Ibrahim Issoufou plus connu sous le sobriquet de Mitou, le comédien Yazi Dogo, l'humoriste Ada Maïkano. Juste à sa sortie, la série Délou a réussi l'exploit d'être sélectionnée et projetée en compétition officielle à la 25ème édition du plus grand rendez-vous du cinéma africain et de la diaspora, qu'est le Fespaco. Ce baptême du feu est déjà un succès pour Délou.

Souley Moutari, Envoyé spécial(onep)

www.lesahel.org



Categorie: Culture
Source: Le Sahel
Date: 02/03/2017